Lundi 11 novembre, nous avons participé à une séance de travail très enrichissante au siège de l’ONU à Genève en présence de plusieurs organisations et des politiques qui luttent pour les droits des enfants et des filles.

Il s’agissait d’un colloque sur l’éradication du fléau des enfants « fantômes ».

Ce sont des enfants sans identité car leur naissance n’a pas été déclarée. La non déclaration de leur naissance prive ces derniers des droits fondamentaux que sont la santé, la justice et l’éducation.

Ces enfants sont victimes de trafic, de violences, de mariage précoce, d’excision… Ils ne peuvent pas accéder à la scolarité faute de documents d’identité.

On estime qu’il y a plusieurs millions d’enfants non identifiés dans le monde (Afrique, Asie, Amérique du sud et les Roms).

Il est plus qu’urgent de sensibiliser les populations des zones concernées sur l’importance de la déclaration de la naissance d’un enfant. Il faut faciliter les conditions de déclaration des naissances dans les zones reculées en créant des centres dédiés dans tous les villages. La délivrance d’un extrait de naissance doit être un acte gratuit.

Nous vous recommandons ce film dont nous avons visionné un extrait « les enfants fantômes, un défi pour l’Afrique ».