Comprendre l’excision

DÉFINITION DE L’OMS (ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ)

Toutes les pratiques qui entraînent une ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou d’autres lésions à des fins non médicales.

SCHÉMA DE L’ANATOMIE DU CLITORIS

Le clitoris est le seul organe du corps humain destiné exclusivement au plaisir. Il peut mesurer plus de 10 cm et possède plus de 8000 terminaisons nerveuses.

Plusieurs types d’excision

Clitoridectomie

Excision

Infibulation

Infibulation

Tout autre acte sur les organes génitaux

Type 1 : Clitoridectomie
Ablation partielle ou totale du clitoris externe et/ou du capuchon du clitoris.

Type 2 : Excision
Ablation partielle ou totale du clitoris externe et des petites lèvres avec / sans ablation des grandes lèvres.

Type 3 : Infibulation
Rétrécissement de l’orifice vaginal avec recouvrement par ablation et l’accolement des petites lèvres et / ou de grandes lèvres, avec ou sans excision du clitoris.

Type 4 :Tout autre intervention sur les organes génitaux externes
tels que piqûres, perforation, incision sur le clitoris et / ou les petites lèvres, cautérisation par brûlure du clitoris, introduction dans le vagin de substances corrosives ou de plantes pour provoquer des saignements ou pour rétrécir le vagin

Les origines de l’excision

– Certains chercheurs en sciences sociales pensent que l’excision était pratiquée sur les femmes dans la société pharaonique par les classes sociales les plus élevées.
– Par effet d’imitation sociale, la pratique s’est progressivement répandue dans l’ensemble de la société.

L’excision dans le monde

En Europe de l’ouest et aux Etats-Unis, l’excision a été pratiquée jusque dans les années 1950 pour traiter des « maladies » telles que l’hystérie, l’épilepsie, les troubles mentaux, la masturbation, la nymphomanie, ou encore l’homosexualité.

Afrique:
Egypte, Mali, Côte d’Ivoire, Sénégal, République Centrafricaine, Burkina Faso, Guinée Conakry, Ethiopie, Soudan, Djibouti, Kenya, Erythrée, Sierra Léone…

Asie:
Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Pakistan, Inde….

Moyen et proche Orient:
Irak, Yémen, Sultanat d’Oman…

Europe:
Russie, Communauté de la diaspora: France, Belgique, Angleterre, Suisse…

Amérique du Nord:
Communauté de la diaspora: Canada, USA….

Amérique du Sud:
Colombie, Pérou, Vénézuela…

Océanie:
Communauté de la diaspora: Australie

Quelques chiffres sur l’excision dans le monde

Petites filles mutilées
toutes les minutes

Millions de filles risquent
d’être excisées tous les ans

Mille femmes excisées en France

Millions de femmes excisées dans le monde

Mille femmes excisées
en Europe

En France, dans les communautés dont les pays d’origine pratiquent l’excision, sur 10 petites filles qui partent l’été en Afrique, 3 risquent d’être excisées.

Que dit la loi en France sur l’excision ?

En France, la législation est très claire concernant les mutilations sexuelles féminines:

Article 5 de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme 1948: Elle confère un fondement général à la protection des femmes contre la pratique des mutilations sexuelles féminines. Elle dispose notamment dans son article 5 que « nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. »

L’article 222-9 du Code Pénal dit que : « les violences ayant entrainé une mutilation ou une infirmité permanente sont punies de 10 ans d’emprisonnement et de 500 000€ d’amende. L’article 222-10 du Code pénal aggrave la peine à 15 ans de réclusion criminelle si la mutilation est commise sur un mineur de moins de 15 ans. Le même article prévoit que la peine encourue est porté à 20 ans de réclusion criminelle lorque l’infraction est commise sur un mineur de moins de 15 ans par un ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur le mineur. »

L’article 222-1 du Code Pénal : la torture ou les actes de barbarie sont punis de 15 ans de réclusion criminelle

Quelles conséquences?

Douleurs

– Vaginales,
– Urinaires,
– Pendant les menstruations
– Cicatricielles (kéloides)

Médicales

– Tétanos,
– VIH, IST, etc…
– Hémorragie pouvant entrainer la mort

Obstétricales

– Douleurs pendant l’accouchement et les grossesses.
– Stérilité
– Risque de mort pour l’enfant ou la mère

Psychologiques

– Anxiété
– Dépression
– Perte de mémoire
– Choc post
-traumatique

Sexuelles

– Diminution du plaisir
– Crainte, évitement
– Dyspareunie

De vie

– Déscolarisation si l’excision est suivie d’un mariage forcé.
– Modification des choix de vie et de carrière professionnelle

Les actions que nous menons pour éradiquer cette pratique

Informer et prévenir

Signaler

Eduquer

Reconvertir les exciseuses

Reconstruire

Favoriser l’émancipation économique des femmes

Découvrez les actions mises en place au quotidien pour lutter contre l’excision et soutenir les victimes de cette pratique.